Le journal du Vendredi

Des news chaque vendredi

1 septembre 2023
de admin1125
Commentaires fermés sur Réduire les Inégalités Territoriales en France

Réduire les Inégalités Territoriales en France

Les inégalités territoriales en France, qui se manifestent par des disparités économiques, sociales et infrastructurales entre les différentes régions, constituent un défi majeur pour assurer une société équitable et harmonieuse. Pour réduire les inégalités territoriales, il est essentiel de mettre en œuvre des politiques et des stratégies ciblées visant à promouvoir le développement équilibré des régions, à améliorer l’accessibilité aux services publics et à créer des opportunités de croissance dans toutes les zones du pays. Cet essai explore les diverses approches et les principes clés pour réduire les inégalités territoriales en France, en mettant en évidence l’importance de la décentralisation, de l’investissement régional, de l’accès aux services et de la promotion de l’emploi local.

La décentralisation est un élément clé pour réduire les inégalités territoriales en France. En transférant des pouvoirs et des ressources aux niveaux locaux, les régions ont la possibilité de prendre des décisions adaptées à leurs besoins spécifiques. Cela favorise le développement économique et social de manière plus ciblée, en tenant compte des réalités et des priorités de chaque région.

L’investissement régional est essentiel pour réduire les disparités économiques entre les régions. En allouant des ressources financières à des projets d’infrastructures, de développement économique et d’innovation dans les régions moins développées, on peut stimuler la croissance économique et créer des opportunités d’emploi. Les incitations à l’investissement privé dans les régions en difficulté peuvent également jouer un rôle clé.

L’accès aux services publics de qualité est crucial pour réduire les inégalités territoriales. Assurer une distribution équitable des écoles, des services de santé, des transports en commun et d’autres infrastructures essentielles dans toutes les régions permet d’offrir des conditions de vie similaires partout en France. Les initiatives visant à améliorer la connectivité numérique contribuent également à réduire les disparités.

La promotion de l’emploi local et de l’entrepreneuriat est un moyen de réduire les inégalités territoriales. Soutenir la création d’entreprises dans les régions moins développées, encourager l’emploi local et faciliter la mobilité professionnelle peuvent contribuer à dynamiser les économies régionales et à créer des opportunités d’emploi pour les résidents locaux.

La coordination et la collaboration entre les gouvernements nationaux, les gouvernements locaux, les entreprises et les organisations à but non lucratif sont essentielles pour réduire les inégalités territoriales. En travaillant ensemble, ces acteurs peuvent concevoir des politiques cohérentes, partager les meilleures pratiques et mobiliser des ressources pour soutenir le développement équilibré des régions.

En conclusion, réduire les inégalités territoriales en France nécessite des efforts concertés et une vision à long terme. La décentralisation, l’investissement régional, l’accès aux services, la promotion de l’emploi local et la collaboration sont autant d’éléments clés pour créer un environnement où toutes les régions peuvent prospérer. En favorisant un développement équilibré, la France peut garantir que chaque citoyen ait accès aux mêmes opportunités, indépendamment de sa région de résidence.

15 mai 2023
de admin1125
Commentaires fermés sur Les jets privés comme outil de protection de la propriété intellectuelle et des secrets gouvernementaux

Les jets privés comme outil de protection de la propriété intellectuelle et des secrets gouvernementaux

Dans le monde interconnecté d’aujourd’hui, la protection de la vie privée est devenue une préoccupation majeure pour les professionnels et les dirigeants politiques. La nécessité de discuter en toute confidentialité, acheter un jet privé de négocier et de préparer des stratégies a entraîné une dépendance accrue à l’égard des jets privés comme moyen de transport. Cet article explore la protection de la vie privée offerte par les jets privés, en soulignant comment ils offrent un environnement sécurisé pour les conversations sensibles, la protection d’informations étonnantes, la propriété cérébrale et les stratégies gouvernementales. En examinant les caractéristiques de confidentialité des jets exclusifs par rapport aux itinéraires commerciaux, nous démontrons que les jets privés offrent un niveau de discrétion qui ne peut être garanti dans le cadre d’un établissement public. Les conclusions de cette recherche soulignent la nécessité d’utiliser les jets privés pour protéger les informations essentielles dans le contexte de la politique économique et nationale.

À l’ère moderne des connexions rapides et de la connectivité mondiale, la protection de la vie privée est devenue une préoccupation essentielle pour les professionnels du monde des affaires et les dirigeants politiques. Les conversations confidentielles, les négociations et l’élaboration de stratégies comportent souvent des informations sensibles qui doivent être protégées contre tout accès non autorisé. Les transports publics, par exemple les lignes commerciales, n’offrent pas le niveau de confidentialité requis pour ce type d’activités. C’est pourquoi les jets privés sont devenus une alternative attrayante, car ils offrent un environnement sécurisé où les cadres peuvent tenir des conversations sans risque de fuite d’informations.

L’objectif de ce document est de vérifier les avantages des jets privés en matière de protection de la vie privée pour les chefs d’entreprise et les responsables gouvernementaux. Il s’agit d’examiner comment les jets privés offrent un environnement sûr et confidentiel pour les discussions sensibles, les négociations et la planification stratégique. En comparant les caractéristiques de confidentialité des jets privés à celles des itinéraires commerciaux, nous pouvons mettre l’accent sur les avantages exclusifs offerts par les voyages en jet privé.

Dans un monde où les cyber-risques et l’espionnage d’entreprise sont monnaie courante, le risque de violation de l’information est une préoccupation majeure. Les vols d’affaires, de par leur nature ouverte et publique, exposent les voyageurs à une multitude d’étrangers qui peuvent, par inadvertance ou délibérément, surprendre ou observer des conversations confidentielles. De telles violations peuvent avoir de graves conséquences, notamment une atteinte à la réputation, des pertes financières et la compromission des stratégies d’entreprise ou des polices d’assurance gouvernementales.

On ne saurait trop insister sur la valeur d’un environnement propice aux discussions privées. Les dirigeants ont besoin d’un cadre dans lequel ils peuvent être sûrs que leurs discussions resteront privées, à l’abri des regards indiscrets et des oreilles indiscrètes. L’assurance de la confidentialité leur permet d’explorer facilement des concepts, de s’engager dans des débats ouverts et de faire des choix éclairés sans craindre de compromettre des informations hypersensibles.

Les jets privés offrent un accès contrôlé, permettant uniquement aux visiteurs autorisés de monter à bord de l’avion. Contrairement aux vols commerciaux, où les voyageurs viennent d’horizons et d’affiliations différents, les voyages en jet privé garantissent la présence d’un nombre limité de personnes de confiance à bord de l’avion. Cet environnement contrôlé minimise le risque que des personnes non autorisées aient accès à des conversations et à des données très sensibles.

Les jets privés accueillent généralement moins de passagers que les vols commerciaux. Cette limitation du nombre de passagers réduit les risques de rencontrer des étrangers qui pourraient avoir des objectifs ou des intentions inavouables d’écouter les conversations. L’interaction réduite entre les passagers des jets privés renforce l’intimité personnelle et la confidentialité des discussions, ce qui procure aux chefs de file un plus grand sentiment de sécurité.

Les jets privés sont équipés d’un équipage et d’un personnel dévoués, formés pour donner la priorité à l’intimité et à la sécurité des passagers. Ces professionnels comprennent la nécessité de maintenir la discrétion et s’attachent à respecter des normes de discrétion rigoureuses. La présence d’un équipage digne de confiance renforce la sécurité de l’environnement et permet aux responsables de mener à bien leurs discussions sans se soucier d’éventuelles violations.

Les jets personnels utilisent généralement des mesures de sécurité améliorées pour protéger la vie privée des passagers. Ces mesures peuvent inclure des systèmes avancés de cryptage des fichiers pour la communication, un stockage sécurisé des documents et des appareils électroniques, et des vérifications complètes des antécédents de l’ensemble du personnel impliqué dans le fonctionnement de l’avion. Grâce à ces mesures, les jets privés offrent un niveau de sécurité supplémentaire, ce qui rend l’accès à des informations privées beaucoup plus difficile pour les personnes non autorisées.

5 mai 2023
de admin1125
Commentaires fermés sur La signification culturelle des montgolfières à travers le monde

La signification culturelle des montgolfières à travers le monde

Les montgolfières ne sont pas seulement un moyen de transport ; elles sont aussi une forme d’art qui fascine les gens depuis des siècles. L’art et la conception des montgolfières sont en fait un mélange unique d’ingénierie, de savoir-faire et d’imagination. Dans ce document, nous allons examiner l’histoire et l’évolution de l’art et du design des montgolfières, les nombreux designs et styles de montgolfières, et les artistes et fabricants qui ont contribué à ce domaine passionnant.

Le premier vol en montgolfière a eu lieu en 1783, et le ballon était en fait une simple sphère sans ornement fabriquée à partir de papier et de soie. Cependant, peu après le premier vol, les concepteurs et les artistes ont commencé à essayer différents styles, couleurs et matériaux pour créer des montgolfières plus belles et plus uniques. À partir du milieu du XIXe siècle, les montgolfières sont devenues une forme de divertissement à la mode, et elles ont souvent été embellies de couleurs, d’habitudes et de motifs éblouissants. Au début du XXe siècle, les montgolfières ont été utilisées à des fins publicitaires et nombre d’entre elles ont été décorées avec les logos d’entreprises et de marques.

Les montgolfières se déclinent en une grande variété de motifs et de styles, allant de la sphère simple et sans ornement à des projets sophistiqués et multicolores qui ressemblent à des animaux, des personnages ou des objets. Certaines montgolfières sont conçues pour ressembler à des ballons traditionnels, tandis que d’autres ont la forme d’animaux, de personnages ou d’autres objets. Certaines montgolfières sont fabriquées avec des matériaux uniques ou présentent des caractéristiques particulières, telles que des textiles phosphorescents ou des lumières clignotantes.

L’art et la conception des montgolfières requièrent une liste unique de compétences et de talents. Les concepteurs et développeurs de montgolfières doivent être compétents à la fois en ingénierie et en artisanat, car ils doivent être capables de concevoir et de styliser un ballon qui soit à la fois beau et fonctionnel. Parmi les artistes et concepteurs de montgolfières les plus célèbres, on peut citer Paul Stumpf, qui a conçu l’emblématique montgolfière aux couleurs spectrales pour l’Albuquerque Overseas Balloon Fiesta de 1978, et Cameron Balloons, une organisation basée au Royaume-Uni qui développe et fabrique des montgolfières depuis plus de quarante ans.

L’artisanat et les modèles de montgolfières constituent une industrie passionnante et unique qui a évolué au fil des générations. Des ballons simples et sans décoration du XVIIIe siècle aux créations élaborées et multicolores d’aujourd’hui, les montgolfières sont une véritable œuvre d’art. Grâce à leurs formes, leurs couleurs et leurs motifs uniques, les montgolfières ne sont pas seulement agréables à regarder, elles inspirent aussi un sentiment d’émerveillement et d’admiration. Les artistes et les concepteurs qui créent ces magnifiques chefs-d’œuvre sont des personnes absolument talentueuses qui ont apporté une contribution substantielle au domaine de l’aviation et de l’artisanat.

 

15 mars 2023
de admin1125
Commentaires fermés sur Il faut se soucier de l’Ukraine

Il faut se soucier de l’Ukraine

Dans le Mémorandum de Budapest de 1994, les États-Unis, la Russie et la Grande-Bretagne se sont engagés à respecter l’indépendance et la souveraineté et les frontières existantes de l’Ukraine « et à s’abstenir de la menace ou de l’emploi de la force » contre le pays. Ces assurances ont joué un rôle clé en persuadant le gouvernement ukrainien de Kiev de renoncer à ce qui constituait le troisième plus grand arsenal nucléaire du monde, composé de quelque 1 900 ogives nucléaires stratégiques.
Lorsque l’URSS a éclaté à la fin de 1991, des armes nucléaires ont été dispersées dans les États post-soviétiques qui en ont résulté. L’administration George H. W. Bush a accordé la plus haute priorité à ce que cela n’entraîne pas une augmentation du nombre d’États dotés d’armes nucléaires. De plus, alors qu’elle regardait la Yougoslavie se briser violemment, l’administration Bush craignait que l’effondrement soviétique ne devienne également violent, ce qui ouvre la perspective d’un conflit entre les États dotés d’armes nucléaires. Veiller à ce qu’aucune augmentation du nombre d’États dotés d’armes nucléaires ne signifie que, dans la pratique, seule la Russie conserverait les armes nucléaires. L’administration Clinton a poursuivi le même objectif. Avec la perspective d’étendre indéfiniment le Traité sur la non-prolifération, une voie alternative permettant à d’autres États post-soviétiques de conserver des armes nucléaires aurait créé un mauvais précédent.
L’élimination des ogives nucléaires stratégiques, des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) et des bombardiers stratégiques en Ukraine a été un gros problème pour Washington. Les ICBM et les bombardiers transportaient des ogives de taille monstrueuse – toutes conçues, construites et déployées pour attaquer l’Amérique. Les ogives au sommet des ICBM SS-19 et SS-24 en Ukraine avaient chacune des rendements explosifs de 400 à 550 kilotonnes, soit 27 à 37 fois la taille de la bombe atomique qui a dévasté Hiroshima. Les 1900 ogives nucléaires stratégiques – plus de six fois le nombre d’ogives nucléaires que la Chine possède actuellement – auraient pu détruire toutes les villes américaines de plus de 50000 habitants à trois reprises, avec des ogives à revendre.
Assurances pour l’Ukraine
Avant d’accepter de renoncer à cet arsenal nucléaire, Kiev a demandé trois assurances. Premièrement, elle voulait une compensation pour la valeur de l’uranium hautement enrichi dans les ogives nucléaires, qui pourrait être mélangé pour être utilisé comme combustible pour les réacteurs nucléaires. La Russie a accepté de fournir cela.
Deuxièmement, l’élimination des ICBM, des silos ICBM et des bombardiers n’est pas venue à bon marché. Son économie se contractant rapidement, le gouvernement ukrainien ne pouvait pas payer les coûts. Les États-Unis ont accepté de couvrir ces coûts avec l’aide de Nunn-Lugar Cooperative Threat Reduction.
Troisièmement, l’Ukraine voulait des garanties ou des assurances de sa sécurité une fois qu’elle se serait débarrassée des armes nucléaires. Le Mémorandum de Budapest a fourni des garanties de sécurité.
Malheureusement, la Russie a rompu pratiquement tous les engagements qu’elle a pris dans ce document. Il a utilisé la force militaire pour saisir, puis annexer illégalement, la péninsule de Crimée en Ukraine au début de 2014. Les forces russes et russes procèdent à la guerre depuis plus de cinq ans dans la région ukrainienne orientale du Donbass, faisant plus de 13 000 morts et conduisant quelque deux millions de personnes. les gens de leurs maisons.
Certains ont fait valoir que, puisque les États-Unis n’ont pas envahi l’Ukraine, ils ont respecté leurs engagements dans le Mémorandum de Budapest. C’est vrai, dans un sens étroit. Cependant, lors de la négociation des garanties de sécurité, les responsables américains ont déclaré à leurs homologues ukrainiens que si la Russie les violait, les États-Unis manifesteraient un vif intérêt et réagiraient.
Washington n’a pas promis un soutien illimité. Le Mémorandum de Budapest contient des garanties de sécurité, « pas des garanties ». Les garanties auraient impliqué un engagement de la force militaire américaine, ce que les membres de l’OTAN ont. Les responsables américains ont clairement indiqué que ce n’était pas proposé. D’où des assurances.
Au-delà de cela, les responsables américains et ukrainiens n’ont pas discuté en détail de la manière dont Washington pourrait réagir en cas de violation russe. Cela est dû en partie au président russe de l’époque, Boris Eltsine. Il avait ses défauts, mais il a insisté pour qu’il n’y ait pas de révision des frontières séparant les États qui ont émergé de l’effondrement soviétique. Eltsine a respecté l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Vladimir Poutine ne le fait pas.
Les responsables américains ont toutefois assuré à leurs homologues ukrainiens qu’il y aurait une réponse. Les États-Unis devraient continuer à fournir des réformes et une assistance militaire à l’Ukraine. Il devrait poursuivre les sanctions contre la Russie. Il devrait continuer d’exiger que Moscou mette fin à son agression contre l’Ukraine. Et il devrait continuer d’exhorter ses partenaires européens à aider Kiev et à maintenir la pression des sanctions sur le Kremlin.
Washington devrait le faire, car il a déclaré qu’il agirait si la Russie violait le mémorandum de Budapest. Cela faisait partie du prix qu’il a payé en échange d’une réduction drastique de la menace nucléaire pour l’Amérique. Les États-Unis devraient tenir parole.

2 janvier 2023
de admin1125
Commentaires fermés sur Comment faire une bonne pizza

Comment faire une bonne pizza

Nous aimons tous la pizza. C’est le plat le plus simple et pourtant le plus délicieux, partout dans le monde. La pizza est un plat d’origine italienne composé d’un disque aplati de pâte à pain garni d’un mélange d’huile d’olive, d’origan, de tomates, d’olives, de mozzarella ou d’un autre fromage, et de beaucoup d’autres substances, cuit rapidement – généralement dans un établissement commercial, dans un four à bois chauffé à très haute température – et servi très chaud.

L’une des pizzas les plus simples et les plus traditionnelles est la Margherita, qui est garnie de tomates ou de sauce tomate, de mozzarella et de basilic. Une légende bien connue raconte qu’elle a été nommée en l’honneur de la reine Marguerite, épouse d’Umberto Ier, qui aurait aimé son goût doux et frais et aurait également remarqué que les couleurs de sa garniture – vert, blanc et rouge – sont celles du drapeau italien.

L’Italie compte plusieurs variantes de pizza. La pizza napolitaine, ou pizza de type Naples, est produite spécifiquement avec de la mozzarella de bufflonne (produite à partir du lait de bufflonnes méditerranéennes italiennes) ou du fior di latte (mozzarella produite à partir du lait de vaches agerolaises prisées) ainsi que des tomates San Marzano ou pomodorino vesuviano (une variété de tomate à grappes cultivée à Naples). La pizza romaine omet souvent les tomates (une jeune importation du XVIe siècle) et fait usage d’oignons et d’olives. La pizza ligurienne ressemble à la pissaladière de Provence en France, incluant des anchois aux olives et aux oignons. Les pizzas se sont également répandues à partir de la France dans la plupart des pays du monde et, dans les régions autres que l’Italie, les garnitures utilisées varient en fonction des ingrédients accessibles et du profil de saveur préféré.

La popularité de la pizza en Amérique a commencé avec la communauté italienne de la Grosse Pomme, Atelier Chef Cuisine où la pizza napolitaine a eu une influence précoce. La première pizzeria est apparue à New York au début du XXe siècle. Après la Seconde Guerre mondiale, le marché de la pizza a explosé. Rapidement, il n’y a plus guère de hameau sans pizzeria. La saucisse, le bacon, la viande hachée, le pepperoni, les champignons frais et les poivrons sont des garnitures traditionnelles connues de nombreux Américains, mais des substances aussi différentes que la roquette, la pancetta et les truffes ont découvert leur chemin sur la pizza. Des versions sont également souvent liées à diverses régions des États-Unis, dont la pizza sérieuse de Chicago et les pizzas de style californien.

23 décembre 2022
de admin1125
Commentaires fermés sur L’intellectualisation des idées de Searl

L’intellectualisation des idées de Searl

John Searle, qui a vu le jour à Denver, dans le Colorado, a commencé sa carrière dans les années 1960 en tant que philosophe du langage. Cela l’a dirigé au cours des années 1970 vers la recherche sur l’esprit et la conscience, et qu’il est devenu l’un des pionniers dans le domaine des sciences mentales. De nos jours, Searle est le plus largement appelé un adversaire principal du point de vue, présenté par ce genre de penseurs comme Daniel Dennett et Ray Kurzweil, que les pensées sont comparables à votre plan informatique personnel et que les ordinateurs sont donc, en réalité, conscients. Pour contrer ce regard, que Searle a appelé «IA forte» (AI signifie intelligence artificielle), Searle a conçu une expérience de pensée populaire, connue sous le nom de débat sur la zone chinoise. L’argument sera le suivant: imaginez que vous vous trouvez dans un espace contenant une grande réserve de pourboires, ce qui vous permet de rechercher des phrases chinoises et de savoir comment vous pouvez y répondre en asiatique. Au moyen d’un trou de golf à l’intérieur du mur, on vous remettra un peu de papiers ayant une inquiétude composée en Chine. Lorsque vous utilisez la réserve de pourboire, vous regardez la réponse à cette question, que vous publiez sur un bloc-notes supplémentaire, en Chine, et traversez un autre trou de golf. Pour les individus au-delà du lieu, vous semblez posséder une idée complète des mots chinois, alors qu’en fait, vous pourriez potentiellement pour chacun – inventer le processus requis sans être familier avec un mot que lui. Searle soutient que l’espace oriental est un exemple de soi-disant connaissances contre nature. Le guide de pointe est le même en principe que votre logiciel d’ordinateur personnel, qui manipule les emblèmes conformément à un ensemble de règles et produit des réponses. En faisant cela, cela peut donner l’impression de devenir intelligent, même si ce n’est rien de votre organisation. Un modèle informatique personnel de votre esprit ne sera pas réellement conscient, fait valoir Searle, tout comme votre modèle informatique personnel de cette méthode enzymatique ne pourrait pas réellement manger de pizzas. Un type de PC qui se glisse dans l’amour ou qui lit un nouveau ou qui s’enivre ne rencontre pas en fait ce genre de choses, mais génère simplement un simulateur de ces fonctions. Le facteur standard qui différencie les esprits humains des PC, comme l’a souligné Searle, est l’intentionnalité. Les ordinateurs sont décrits syntaxiquement, en ce qui concerne la manipulation professionnelle des marques, et cela, soutient-il, se limite à impliquer une prise de conscience. Ainsi, si la prise de conscience ne sera pas quelque chose qui peut être vu par votre ordinateur personnel, les faits en particulier, et comment cela arriverait-il exactement? Dans les théories concernant les pensées et la conscience, Searle rejette le dualisme cartésien – que les pensées sont quelque chose d’inexistant et séparé du corps entier. Il rejette également le réductionnisme de penseurs comme Dennett, qui pensent que la conscience pourrait être abaissée à une série d’opérations physiques réelles à l’intérieur du cerveau humain, semblable à un logiciel. Au contraire, Searle a besoin d’un poste qu’il appelle le naturalisme biologique. Comme le souligne cette perspective, la conscience est sûrement une sensation émergente de l’esprit. Pour préciser ce qu’il indique par cela, il cite comme exemple la liquidité, ou l’humidité, de l’eau comme étant une tendance émergente provoquée par les habitudes des substances dont elle est issue. Vous n’êtes pas en mesure de déterminer une certaine molécule et de dire «celui-ci est mouillé» – l’humidité peut être une caractéristique de tout le système de molécules. De la même manière, je ne peux pas signaler un neurone et dire «celui-ci est conscient». La prise de conscience émerge grâce au système complet. Les événements au niveau mini – peut-être au niveau des neurones personnels – entraînent une sensation, que nous entrons en contact avec la conscience, au niveau macro. Certains ont vu le naturalisme biologique comme un type de dualisme étant donné que les qualités à petits niveaux peuvent être examinées objectivement, par exemple, par un chirurgien en chef, néanmoins le médecin de l’esprit ne peut pas de la même manière les composants d’accessibilité aux macro-niveaux comme la douleur, le souhait ou la joie. Searle rejette cette recommandation. Il tend que la conscience est une forme de foyer physique réel; ce n’est pas quelque chose d’indépendant comme une sorte de jus de fruit qui est certainement éjecté par les neurones, c’est la déclaration que la machine est à l’intérieur – une partie de ce système et inséparable de cela. Comment cela fonctionne – comment le comportement au niveau micro entraîne une prise de conscience au niveau macro – est vraiment une préoccupation pour vos neuroscientifiques. Mais comme problème de point de vue, Searle le respecte. Un autre volet principal de l’approche de Searle est son examen de l’intentionnalité qui est certainement l’accessoire de signification à une chose, par exemple une idée la concernant, sa propriété ou son mépris. Dans Intentions et activités collectives, Searle cherche à montrer comment l’intentionnalité peut fonctionner aux niveaux combinés. Il soutient que le comportement intentionnel combiné est présent et n’est pas exactement comme la quantité d’habitudes délibérées personnelles. Mais, il se concentre sur, il n’y a pas ce genre de chose comme l’esprit de classe ou la conscience de groupe de personnes; la culture ne contient que des individus. À l’intérieur de cela, il existe des parallèles très clairs concernant ses hypothèses de pensées avec son fantastique déni du dualisme et du réductionnisme comme explications de la conscience.

9 novembre 2022
de admin1125
Commentaires fermés sur Quand le survivalisme devient paramilitaire

Quand le survivalisme devient paramilitaire

Permettez-nous de ne pas mâcher nos mots ici. La planète se dirige vers l’enfer, et le véhicule qu’elle emprunte ressemble étrangement à un panier à main. En fait, survivalisme je ne crois pas que quiconque puisse quitter le grand accident de sitôt. Je ne suis pas ici pour vous avertir de faire ce qu’il faut pour que la chute n’arrive pas. Il est trop tard pour le par de nombreuses années. Nous sommes bien engagés sur la voie de la transformation de notre nation en une sorte de tyrannie fasciste. Nous avons le gouvernement fédéral clé, la violation de nos propres droits légaux, l’abrogation de notre propre vie privée, la dévaluation de notre monnaie, le détournement de nos propres idéaux vers une idéologie coercitive. Nous commençons à obtenir l’action de notre armée, d’une pseudo-milice par le biais du DHS, ainsi que des services para-militaires par le biais de Dark Water, sur le sol du jardin des États-Unis. Diverses initiatives sont en cours pour piller votre épargne-retraite, pour vous obliger à acheter des articles sanctionnés et vous interdire définitivement d’acheter des articles non sanctionnés. Ils voudraient taxer lourdement les riches et transférer l’argent aux personnes sans ambition. Ils veulent savoir où vous avez déjà été, à qui vous avez déjà parlé, ce à quoi vous pensez. Ils veulent contrôler vos mesures, vos idées, ainsi que votre vie. Le système s’effondrera rapidement. Permettez-nous d’espérer qu’il doit être complet une quantité suffisante d’une chute que les contrôleurs secrets ne possèdent pas les méthodes pour exercer le contrôle de exactement ce qu’ils voudraient. Nous ne voulons pas qu’un petit groupe d’hommes ait le contrôle de notre vie quotidienne en utilisant les ressources qui existent actuellement. Ce type d’empire de l’eau pourrait ne jamais se terminer. Les libertaires réalisent qu’une tyrannie est composée de personnes médiocres. Ce n’est pas vraiment la méchanceté des individus qui doit nous inquiéter ; c’est la méchanceté que l’organisme appelé gouvernement fédéral garde pour tous ceux qui lui refusent le pouvoir sans limite. De même qu’un groupe d’individus affiche un comportement inhabituel pour certains des individus de l’équipe, une fois qu’ils deviennent une foule, un gouvernement fédéral peut agir avec une intention diabolique, même si les motifs de n’importe laquelle des personnes qui le composent peuvent être correctement intentionnés. Toutes les autorités gouvernementales vont finalement

tenter d’acquérir autant de pouvoir que possible, et la seule méthode pour contrer cela est de créer différentes parties de l’organisme contre les autres. C’est exactement ce que les Pères fondateurs ont cherché à faire, mais il faut aussi avoir des personnes dans le cadre qui sont claires sur ces concepts, et qui ne cherchent pas le pouvoir par elles-mêmes. Au fur et à mesure qu’un gouvernement développe son pouvoir, son appétit pour l’énergie se développe également, et les individus et les groupes au sein de l’organisme chercheront l’énergie en utilisant leurs propres plans. Rapidement, la population vit sur une planète qui regorge de mille conspirations, petites et grandes, parfois en désaccord les unes avec les autres, et souvent s’imbriquant parfaitement comme si elles étaient synchronisées. De cette façon, ce qui ressemble à une conspiration extrême du gouvernement fédéral clé se développe, avec peu ou pas de conspiration nécessaire. Nous sommes loin dans cette voie. Il vaut mieux que tout s’effondre totalement, nous laissant nous débrouiller seuls. Si nous sommes les équivalents de nos lointains ancêtres, nous découvrirons les méthodes pour nous en sortir et pour nous épanouir dans le monde Article-États-Unis dans lequel nous allons nous découvrir. Sur cette nouvelle planète, nous devons être un survivaliste pour survivre les deux premières semaines, ainsi qu’un libertaire pour survivre et créer un nouveau style de vie pour vous-même au-delà de ces deux semaines initiales. Il est clair que dans les premiers temps qui suivent l’accident, nous aurons besoin de choses telles que de la nourriture et de l’eau, des ressources et des armes, un abri défendable et peut-être une sorte de monnaie d’option comme l’argent ou l’or, ou des produits de troc. Dans les mois qui suivront l’accident, les compétences, les aptitudes et les connaissances seront les véritables possessions pour lesquelles nous serons appréciés. Savoir comment faire pousser une culture, utiliser les débris qui nous entourent pour créer des problèmes utiles, où trouver des plantes comestibles, comment appliquer des concepts technologiques sensés à des travaux de construction, d’arrosage ou autres, aura une valeur presque infinie. Devenir l’individu qui possède les connaissances essentielles et un caractère fiable peut faire de vous la chose que vos connaissances apprécieront plus que tout.

9 novembre 2022
de admin1125
Commentaires fermés sur Les paradis fiscaux

Les paradis fiscaux

On estime que les paradis fiscaux concentrent 8 % de la richesse financière privée mondiale, réduisant les recettes fiscales mondiales annuelles d’environ 200 milliards de dollars. Cette colonne utilise de nouvelles données réglementaires pays par pays sur la présence commerciale étrangère des banques de l’UE et les compare aux prévisions du modèle de gravité pour examiner la contribution des banques de l’UE à l’évasion fiscale. Il constate que l’activité bancaire dans les paradis fiscaux est trois fois plus importante que ce qui est prédit par le modèle de gravité, et que les banques britanniques et allemandes sont particulièrement présentes dans les paradis fiscaux.
Zucman (2014) estime que les paradis fiscaux concentrent 8 % de la richesse financière privée mondiale et que cela réduit les recettes fiscales mondiales d’environ 200 milliards de dollars par an. Plusieurs scandales ont mis en lumière le rôle du secret bancaire dans l’évasion fiscale. L’agenda international contre le secret bancaire a favorisé l’échange d’informations par des lieux offshore (et la mise sur liste noire s’ils ne coopèrent pas). Cependant, des études empiriques constatent l’impact limité de ces pratiques douces : la mise sur liste noire conduit au transfert de fonds depuis des paradis fiscaux dans le cadre d’un programme de transparence vers des lieux offshore non participants (Masciandaro et al. 2016). En effet, il semble que quelques endroits offshore puissent résister à des niveaux élevés de pression internationale (voir Konrad et Stolper 2016).
D’un autre côté, des preuves récentes suggèrent que les investisseurs apprécient les informations sur les paradis fiscaux. Les scandales ont des effets négatifs sur la valeur marchande des entreprises (Johannesen et Stolper 2017, ‘Donovan et al. 2016). Dans cet esprit, l’UE a adopté une approche originale et complémentaire dans l’agenda de la transparence. Depuis le 1er janvier 2015, la directive européenne sur les exigences de fonds propres IV (article 89) oblige toutes les banques des États membres ayant un chiffre d’affaires consolidé supérieur à 750 millions d’euros à divulguer publiquement l’activité de toutes leurs sociétés affiliées (filiales et succursales) concernant l’affectation de leurs revenus, bénéfices et impôts.
Dans une étude récente (Bouvatier et al. 2018), nous disséquons les données collectées manuellement des 37 banques mondiales et locales d’importance systémique dans l’UE. Les statistiques descriptives révèlent que leurs filiales étrangères sont situées dans un total de 138 pays, dont environ 30 paradis fiscaux (selon la liste que nous considérons). Les paradis fiscaux représentent 1 % de la population totale de l’échantillon et 2 % du PIB, tandis que les banques de l’UE enregistrent 18 % de leur chiffre d’affaires à l’étranger et 29 % de leurs bénéfices à l’étranger dans ces pays.1
Ces statistiques frappantes suggèrent une activité anormale des banques dans les paradis fiscaux et motivent notre enquête : quelle est la contribution des banques de l’UE à l’évasion fiscale ? Quelles banques sont les plus actives dans l’évasion fiscale ? Quels pays sont les principaux hôtes de l’évasion fiscale dans l’UE ? L’exigence de transparence de l’UE a-t-elle déjà eu un impact sur la localisation géographique des banques ?
L’activité des banques dans les paradis fiscaux est trois fois plus importante que les prévisions de gravité
Certains paradis fiscaux sont de grandes économies et des centres financiers (pensez au Luxembourg, à Singapour ou à Hong Kong). Par conséquent, une évaluation rigoureuse du rôle spécifique des banques dans l’intermédiation de l’évasion fiscale doit démêler le « naturel » des entreprises motivées par des facteurs non standard tels que l’évasion fiscale. Nous utilisons le résultat bien documenté des modèles de gravité – que les transactions financières bilatérales augmentent proportionnellement à la taille économique des deux pays (« masse ») et sont négativement corrélées avec les frictions (« résistance ») – pour quantifier le montant de l’activité des filiales étrangères prédit par des facteurs standards (Blonigen 2005). On regarde ensuite le niveau d’activité non prédit par le modèle pour évaluer l’activité anormale des banques dans les paradis fiscaux. Nous obtenons des preuves cohérentes et solides que, en fonction des facteurs de gravité, les paradis fiscaux attirent la présence extracommerciale des banques multinationales par rapport aux pays non paradis fiscaux. Nous constatons que l’activité bancaire dans les paradis fiscaux est, en moyenne, trois fois plus importante que prévu par le modèle de gravité.
Quelles banques sont les plus actives dans l’intermédiation de l’évasion fiscale ?
Selon notre estimation, les banques britanniques et allemandes sont particulièrement présentes dans les paradis fiscaux : Standard Chartered, HSBC, DZBank et Deutsche Bank ont ​​une activité anormale dans les paradis fiscaux égale à 20,5 %, 18,3 %, 15,2 % et 8,4 % de leur activité mondiale, respectivement. (Figure 1). En comparaison, l’activité anormale des banques du Danemark, de Suède, d’Italie, des Pays-Bas et de France dans les paradis fiscaux représente moins de 3 % de leur activité mondiale. Au total, l’intermédiation en matière d’évasion fiscale représente en moyenne 1,7 % de l’activité mondiale des banques en dehors de l’Allemagne et du Royaume-Uni.
Quelle est la contribution des banques à l’intermédiation de l’évasion fiscale ?
En appliquant le ratio revenus/dépôts des principales juridictions de paradis fiscaux tiré d’une base de données de la Banque mondiale, nous estimons que les banques de notre échantillon contribuent à l’intermédiation de 550 milliards d’euros d’argent offshore, soit 4,9 % du PIB des huit pays contributeurs. Là encore, les banques britanniques se distinguent : les dépôts offshore intermédiés par les banques britanniques représentent 13,8 % du PIB britannique. En fait, les banques britanniques contribuent davantage à l’intermédiation de l’évasion fiscale que les banques d’autres pays, un fait probablement dû à leur statut de banques mondiales avec des clients mondiaux.
Alstadsäter et al. (2018) estiment que la richesse offshore des particuliers d’Europe continentale représente 15 % du PIB du pays, suggérant que les banques interviennent pour environ un tiers de l’évasion fiscale des ménages (bien qu’avec une mise en garde importante en raison des limites des données). Il est probable que notre estimation soit une borne inférieure, car les banques enregistrent probablement dans le pays d’origine une partie des frais et commissions pour les services facilitant l’évasion fiscale.
Le reporting pays par pays a-t-il eu un impact sur la localisation géographique des banques ?
Les exigences de déclaration pays par pays étaient une extension de dernière minute de la directive IV sur les exigences de fonds propres adoptée en juillet 2013, avec les premières données publiées concernant l’année 2015. Ce processus d’un an et demi suggère que les banques les décisions sur l’emplacement peuvent n’avoir changé que marginalement avant que l’exigence ne soit appliquée. Ainsi, nous testons si les banques ont effectué des changements de localisation depuis l’entrée en vigueur de la réglementation, en utilisant les données de 2016 sur le même échantillon de banques. Les statistiques descriptives révèlent que les données sont très similaires sur les deux années. Au niveau des banques, le chiffre d’affaires 2015 prédit le chiffre d’affaires 2016 avec un R2= 0,99%. Pour être sûr, nous réestimons le modèle en permettant aux coefficients estimés de différer pour les observations de 2015 et 2016. Nos résultats indiquent que les coefficients sont similaires, suggérant qu’il n’y a pas eu de changements substantiels de localisation en 2016. Cette approche sera utile pour suivre les changements avec les données futures.
Implications pour le programme politique
Notre première conclusion est que seules quelques banques de notre échantillon ont une activité anormale importante dans les paradis fiscaux, ce qui suggère d’agir de manière granulaire par le biais de la politique. Par exemple, les négociations du Brexit concernant les passeports européens pour les institutions financières britanniques pourraient être mises à profit pour réviser et atténuer le rôle des banques britanniques dans l’évasion fiscale (Delatte et Toubal 2017). Plus généralement, faire la lumière sur l’activité anormale de banques spécifiques dans des paradis fiscaux peut contribuer à une approche de type « nommer et honte », qui s’est avérée par le passé avoir un impact sur les investisseurs et les clients.
Deuxièmement, nos résultats soulignent sans ambiguïté le rôle central du Luxembourg dans l’évasion fiscale intermédiée par les banques. Non seulement l’activité des banques au Luxembourg n’est pas expliquée par des facteurs standards substantielle (s’élevant à 4,7 milliards d’euros), mais la quasi-totalité des banques de notre échantillon déclarent une activité au Luxembourg. En d’autres termes, la contribution du Luxembourg à l’évasion fiscale est une question paneuropéenne qui nécessite une réponse collective. Ceci est évidemment en contradiction avec la décision de l’UE d’exclure le Luxembourg de sa liste noire en décembre 2017.
Troisièmement, sur le front de la réglementation financière, on pourrait imaginer utiliser le processus d’examen et d’évaluation prudentiels (SREP) existant pour lutter contre l’intermédiation en matière d’évasion fiscale. La première composante du SREP est l’analyse du modèle d’entreprise, qui évalue la viabilité et la durabilité du modèle d’entreprise. L’inclusion d’une mesure dans le cadre de l’analyse des modèles d’affaires d’une présence excessive dans les paradis fiscaux serait rapidement opérationnelle.
Enfin, mais surtout, nous identifions des moyens d’améliorer la qualité et l’accessibilité des rapports. Actuellement, il faut collecter les données manuellement et séparément pour chaque banque. Les banques divulguent les données dans des rapports financiers, qui ne sont pas facilement disponibles et présentent des différences notables entre les banques. Nous repérons également les fausses déclarations potentielles de données, y compris les différentes interprétations du périmètre de consolidation et de la définition de l’établissement. La fourniture des données via un portail central géré par la BCE ou l’Autorité bancaire européenne dans des formats ouverts, multiples et standardisés permettrait de traiter et d’utiliser plus facilement les rapports par un large éventail de parties (par exemple, universitaires, journalistes, ONG). Des informations supplémentaires pourraient être communiquées sans frais supplémentaires : le nombre et le nom des affiliés, le total des actifs et, plus généralement, certains postes agrégés du bilan afin de mieux refléter l’activité sous-jacente des affiliés.

10 octobre 2022
de admin1125
Commentaires fermés sur Oman: un symposium économique

Oman: un symposium économique

Les habitants de la section d’Oman ont longtemps prospéré grâce aux affaires des mers indiennes. Au 18e siècle, le sultanat naissant de Mascate a signé le tout premier d’une série de traités de compagnie avec la Grande-Bretagne. Au fil du temps, la dépendance d’Oman à l’égard des conseillers politiques et militaires britanniques s’est accrue, bien que le sultanat ne soit jamais devenu une colonie britannique. En 1970, QABOOS bin Said Al-Mentioned a renversé son papa, et a depuis statué en tant que sultan. Le sultan QABOOS n’a pas d’enfants et n’a pas choisi publiquement de successeur; la législation fondamentale de 1996 décrit le traitement de succession d’Oman. Le programme de modernisation considérable du sultan QABOOS a ouvert la nation au reste du monde, et le sultan a privilégié les relations idéales avec la Grande-Bretagne et les États-Unis. La politique d’outre-mer moyenne et indépendante d’Oman a cherché à maintenir de bonnes associations avec ses voisins et à éviter les enchevêtrements extérieurs. Influencés par les soulèvements bien-aimés qui ont balayé le centre de l’Afrique du Nord et de l’Est à partir de janvier 2011, certains Omanais ont organisé des manifestations, contactant pour de nouvelles carrières et des avantages monétaires ainsi qu’une fin à la corruption. En réaction aux exigences des manifestants, QABOOS s’est engagé en 2011 à mettre en œuvre des réformes monétaires et gouvernementales, comme donner plus d’énergie au corps législatif bicaméral d’Oman et autoriser des élections primaires pour sa résidence réduite, ce qui s’est produit en décembre 2011. En outre, le Sultan a amélioré les avantages du chômage, et , en août 2012, a publié une noble directive exigeant l’exécution rapide de tout plan de développement du travail à l’échelle nationale pour un grand nombre de carrières omanaises ouvertes au secteur public et exclusif. Oman a organisé avec succès ses premières élections au conseil municipal en décembre 2012, dans le cadre des efforts du gouvernement pour décentraliser l’autorité et permettre une plus grande participation des citoyens à la gouvernance locale. Annoncés par le sultan en 2011, les conseils de ville et de comté ont le pouvoir de recommander la salle d’audience Noble The sur les exigences des zones communautaires dans les 11 gouvernorats d’Oman. Oman est sérieusement influencé par les ressources de gaz et de pétrole, qui pourraient produire entre 68% et 85% des recettes publiques, en fonction des variations des tarifs des produits de base. On estime que le déficit budgétaire est tombé à 12% du PIB en 2017, alors qu’Oman a réduit les subventions publiques, même si en 2016, les bas prix mondiaux du pétrole ont fait passer le déficit budgétaire d’Oman à 13,8 milliards de dollars, soit environ 20% du PIB. Oman dispose de suffisamment d’actifs étrangers pour soutenir les taux de change fixes de sa monnaie, en janvier 2018. Il émet en fait une dette personnelle pour protéger sa dette.

10 septembre 2022
de admin1125
Commentaires fermés sur Chine: peut on concilier climat et sécurité énergétique

Chine: peut on concilier climat et sécurité énergétique

Ces deux dernières années ont rappelé à la Chine les risques de la dépendance aux combustibles fossiles. Alors que les combustibles fossiles ont alimenté la croissance rapide de son économie, le pays a été exposé à la volatilité des marchés du pétrole, du gaz et du charbon. En septembre 2021, la plupart des provinces chinoises ont connu d’importantes pannes d’électricité, catalysées en partie par des perturbations sur les marchés du charbon. Le gouvernement chinois a accusé les spéculateurs avides d’être responsables de la hausse des coûts du charbon et des pénuries d’électricité qui en ont résulté, mais le problème était davantage lié à l’inefficacité du réseau et à la déconnexion entre le charbon déréglementé et les tarifs d’électricité réglementés. En février, l’invasion de l’Ukraine par la Russie a fait grimper en flèche les prix du pétrole et du gaz naturel liquéfié, qui ont atteint respectivement 100 dollars le baril et 40 dollars le Mcf (1 000 pieds cubes). En tant que premier importateur mondial de pétrole essentiel et importateur important de gaz, les interruptions économiques qui en découlent ont renforcé les préoccupations de la Chine en matière de protection de l’énergie – des questions qui influenceront encore ses politiques énergétiques pendant le reste de la décennie.

Cela signifie-t-il que la Chine va ralentir ses efforts de décarbonisation ? Si l’on se réfère aux récentes déclarations de Pékin, on pourrait répondre par l’affirmative. En mars, la Commission nationale du développement et de la réforme, la principale société de planification de Chine, a mis en garde les responsables provinciaux contre une mise en œuvre « trop basique et mécanique » des directives climatiques. Toutefois, à l’examen, les politiques que l’Extrême-Orient met en œuvre pour se sevrer de sa dépendance à l’égard des combustibles non renouvelables peuvent également favoriser sa quête d’une plus grande sécurité énergétique.

La Chine est en tête de la planète pour la mise en œuvre de la production d’énergie éolienne et solaire. À mesure que les investissements dans les énergies renouvelables se développeront au cours des 20 prochaines années, la Chine disposera d’une plus grande marge de manœuvre pour accélérer sa transition vers une économie moins dépendante du charbon. Dans le secteur des transports, elle a dépassé le reste de la planète en termes de ventes de véhicules électriques, qui vont augmenter à mesure que les constructeurs automobiles s’adapteront aux nouvelles exigences réglementaires pour vendre des pourcentages toujours plus élevés de voitures électriques. L’électrification des processus commerciaux et du chauffage des bâtiments suscite un intérêt croissant aux niveaux national et provincial. Toutes ces mesures permettront de réduire l’utilisation des combustibles fossiles, en particulier les importations de pétrole et de gaz naturel. Une Chine plus verte sera une Chine beaucoup plus sûre sur le plan énergétique.

Dans Foundations for a Reduced-Carbon Energy Program in China, un livre récent que j’ai édité avec Daniel Schrag, professeur à Harvard, et dont les chapitres ont été rédigés par un groupe compétent de jeunes universitaires, nous avons souligné que la capacité de la Chine à atteindre ses objectifs environnementaux – et par extension ses objectifs de sécurité énergétique – dépendait de la réforme de son industrie électrique. Plus précisément, l’Extrême-Orient devra s’attaquer aux rigidités architecturales qui entravent actuellement son système électrique. Il s’agit notamment de structures de gouvernance obsolètes, d’un protocole de répartition inefficace qui conduit à une dépendance excessive à l’égard des installations de production les moins efficaces, et de directives de tarification qui découragent les investissements dans les énergies renouvelables. En outre, il sera important d’investir davantage dans la gestion de la demande, BizChine les solutions auxiliaires et l’espace de stockage afin que le réseau puisse continuer à fonctionner lorsque les générateurs renouvelables ne sont pas disponibles. La Chine devra également développer régulièrement la capacité de capter et de séquestrer les émissions de carbone des installations au charbon qui ne sont pas retirées. Enfin, la Chine devra gérer les bouleversements qui se produisent lorsque les emplois de l’industrie des énergies fossiles disparaissent. Une part disproportionnée de ces tâches se trouve dans quelques provinces qui ne possèdent pas le transfert de données fiscales permettant de fournir un filet de sécurité à ces travailleurs. Des efforts de soutien entre Pékin et les provinces à forte intensité de combustibles fossiles, comme le Shanxi et la Mongolie intérieure, pour recycler et relocaliser les travailleurs délocalisés seront nécessaires, tout comme de nouveaux investissements pour innover et déployer de nouveaux systèmes propres.

Ces réformes ne mettront pas seulement la Chine sur la voie de la réalisation de ses objectifs environnementaux, elles peuvent également réduire sa dépendance à l’égard des importations de combustibles fossiles, ce qui rendra l’Extrême-Orient plus sûr sur le plan énergétique. Plus la Chine parviendra à coupler ses projets climatiques avec ses initiatives en matière de sécurité, plus vite elle pourra récolter les avantages environnementaux et économiques d’un pays plus propre et plus durable.